Au moment où vous lisez ces lignes, la GRC a recours à de la force excessive envers les défenseurs et défenseuses du territoire Wet’suwet’en qui s’opposent à la construction du gazoduc Coastal GasLink. Ce projet transgresse totalement les droits des peuples autochtones, présente un risque majeur pour les écosystèmes, menace les sources d’alimentation traditionnelle et augmenterait la production des combustibles fossiles au moment même où il faudrait la réduire. Si sa construction est menée à terme, le gazoduc transporterait du gaz issu de la fracturation du nord-est de la Colombie-Britannique vers un futur terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) situé sur la côte, à Kitimat. Il s’agirait du plus grand gazoduc jamais proposé au Canada. 

L’an dernier, les chefs héréditaires autochtones Wet'suwet'en ont émis un avis d’expulsion à l’endroit de Coastal GasLink, toujours valable à ce jour. La Première Nation Wet’suwet’en a déjà remporté par le passé un cas similaire d’importance devant la Cour suprême, qui reconnaît leur autorité sur leurs territoires traditionnels [1]. Elle défend désormais les eaux du Wedzin Kwa, un fleuve sacré et vital, où CGL tente d’ouvrir un site de forage[2].

« Suivez l’argent », est-il courant de dire. Ce faisant, vous verrez que les cinq grandes banques canadiennes, soit RBC, CIBC, BMO, TD et Banque Scotia, financent la construction du gazoduc Coastal GasLink par le biais de prêts totalisant 1,575 milliards de dollars [3]. Ces banques utilisent votre argent pour investir dans des combustibles fossiles polluants et ce, malgré leurs déclarations publiques d’appui aux droits des peuples autochtones et à la lutte contre les changements climatiques.

Nous savons que le moyen le plus rapide d’enterrer ce projet destructeur est de faire pression sur ses bailleurs de fonds pour mettre fin à son financement. La Nation Wet’suwet’en a appelé tous les investisseurs et les financiers de ce projet à retirer tout soutien financier à ce gazoduc [4]. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a clairement indiqué qu’aucun nouveau projet d’expansion de combustibles fossiles ne devrait aller de l’avant si nous voulons atteindre les objectifs de l’Accord de Paris de 2015 [5]. 

Montrez aux banques que vous soutenez les défenseuses et défenseurs du territoire Wet’suwet’en. Poursuivre un projet qui crée des profits à court terme et perpétue l’héritage colonialiste et de destruction écologique par la présence policière militarisée va à contresens de l’action climatique juste dont nous avons grandement besoin.

Envoyez un courriel aux dirigeants des cinq grandes banques pour leur dire que vous vous opposez au colonialisme lié à l’extraction des énergies fossiles et qu’ils devraient en faire de même.


Sources

[1] https://plus.lapresse.ca/screens/33c8e60a-2857-49ef-8f0d-7b74a46cc8d5__7C___0.html

[2]https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1833463/wetsuweten-coastal-gaslink-pipeline-gazoduc-chantier-manifestations 

[3] https://www.banktrack.org/project/coastal_gaslink_pipeline/0/www.edc.ca (under "Financiers")

[4] http://ow.ly/Cvj850Gu6EO

[5]https://www.ledevoir.com/societe/environnement/602402/il-faut-interdire-les-nouveaux-projets-d-energies-fossiles-previent-l-agence-internationale-de-l-energie  

Signez cette pétition